Vague de chaleur aux Pays-Bas. Maartje a toujours été très excitée par ces températures élevées. Cet après-midi également, elle n’aurait pas pu résister à la tentation. Elle était allongée nue et épuisée sur son lit. Des gouttelettes de sueur scintillaient sur tout son corps, de son cou élancé et de ses gros seins à son ventre potelé et à sa chatte légèrement poilue. L’adolescente s’était fait une belle gâterie. Lentement, elle a laissé son jouet préféré, un gode violet avec des veines comme une vraie bite, sortir de sa chatte. Avec sa main, elle a senti entre ses jambes pour observer le résultat de sa séance de masturbation. Putain, tout était trempé. Ses poils pubiens, ses lèvres, l’intérieur de ses cuisses, la couverture sous ses fesses serrées et entre ses genoux…comme si un verre d’eau était tombé. Mais rien n’était plus éloigné de la vérité, savait Maartje. Elle avait explosé, sa putain de chatte avait célébré l’apogée avec un jet de liquide pour chatte. C’est ainsi que l’on appelait le giclage. Elle a toujours été fascinée, mais cela n’a jamais fonctionné au début. Quand elle était un peu plus jeune et venait de découvrir la masturbation, elle se frottait la chatte sur son oreiller. Cela donnait un sentiment agréable et parfois elle venait. Plus tard, l’oreiller a été échangé contre ses doigts, qui ont exploré son corps d’adolescente et ont charmé les points de plaisir : tétons, emmêlements, chatte et oui…aussi le cul. Elle a eu des heures de séances de masturbation avec d’innombrables orgasmes jusqu’à ce que ses fesses soient presque engourdies. Mais il n’y avait pas d’éjaculation. Jusqu’à ce qu’elle découvre ce gode.

C’était un samedi d’août, il y a environ un an. Mary est restée chez sa meilleure amie, Ellemieke. Maartje avait mis ses affaires de logement dans un sac à dos et s’était assise joyeusement sur son vélo en allant chez son ami. Le temps était beau. Ses longs cheveux noirs soufflaient dans le vent. Elle portait un grand nœud papillon rouge, une chemise jaune et un pantalon court et serré. Ses fesses, grosses mais serrées, dépassaient un peu à l’arrière de la selle. Maartje n’était pas grosse, mais elle n’était pas non plus athlétique. En fait, elle avait une silhouette hollandaise épineuse. Plus gros et plus plein, avec des courbes aux bons endroits ; un ventre souple, de gros seins – plus d’une poignée -, des jambes fermes et serrées et un bon cul. Les garçons l’aimaient bien, elle était régulièrement contrôlée et sifflée. Elle a apprécié. Si elle aimait les garçons, Maartje ne le savait pas encore. Elle les trouvait intéressantes, mais appréciait aussi le corps bien formé d’une femme. Elle n’était pas si inquiète à ce sujet. Il y avait beaucoup de temps pour le découvrir. Lorsqu’elle est arrivée chez Ellemieke, la blonde attendait déjà Maartje. “Hé beau gosse, tu es enfin là ?”, a-t-elle demandé. Mary a posé son vélo contre la maison et a serré son amie dans ses bras. Quel plaisir de vous revoir”, a déclaré Mary et elle a accueilli Ellemieke. Elle avait des cheveux blonds courts, un corps maigre avec de petits seins et des jambes qui semblaient n’avoir aucune fin. Elle avait l’air presque garçonnière, mais pas moins belle. Avec une jupe juste assez longue pour tout cacher, Maartje a pressé le corps d’Ellemieke contre elle. Ils se donnèrent trois baisers et entrèrent dans la maison des parents d’Ellemieke.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *